"Yoga est la cessation de l'agitation mentale

Alors se révèle notre centre établi en lui-même".

 

Ce sont les deux premiers vers du Yoga de Patanjali, considéré comme le théoricien originel du Yoga. On remarquera que l'accent est mis sur le mental, sujet à toutes les sollicitations du monde et de l'agitation intérieure. Le mental est passif, turbulent, "pathologique". Par exemple les angoisses, le stress, ou plus simplement les idées récurrentes, les automatismes ou les obsessions. Calmer le mental est dès lors le premier principe de l'hygiène. Le Yoga utilise les postures, la respiration consciente, les mouvements lents et contrôlés. La discipline corporelle est essentielle. mais c'est par la respiration consciente que l'on établit l'accord du corps et de l'esprit.

Il faut soigneusement distinguer le mental et la conscience. Le mental est passif, la conscience active. C'est elle qui dirige et contrôle les mouvements, régularise la respiration dans les postures, observe les effets des divers exercices. Sans la conscience notre pratique ne serait que fastidieuse répétition, stérile automatisme. C'est aussi en cela qu'elle se distingue complètement du sport : nous ne cherchons pas la performance physique, mais une modification progressive de l'esprit.

La fin de l'agitation mentale, que Patanjali appelle Yoga, Epicure l'appelait "ataraxie" : absence de trouble. On retrouve cette idée dans la plupart des disciplines orientales, sous diverses appellations.

Cet état de calme mental permet d'établir en soi le Centre (vers 2). Quel est ce centre? Laissons les perspectives mystiques de côté. C'est quelque chose de tout à fait concret qui se travaille par la pratique. La relaxation biosynergétique propose plusieurs techniques de recentrage, mais toujours par un retour à la sensation intérieure, une perception plus fine du corps et de la respiration. On pourrait représenter ce centre comme un grand soleil intérieur éternellement vivant, mais trop souvent obscurci par les troubles du mental.

C'est de ce centre qu'il importe de prendre soin, comme demeure authentiquement personnelle.

Une remarque encore : je ne fais nullement profession de yoga, je ne me réfère pas à la philosophie qui la sous-tend, et qui n'est d'ailleurs guère connue, même de la plupart des pratiquants. Je m'inspire de certains de ses exercices (hathayoya) en raison de leur grande qualité, tout en les réadaptant.