22 octobre 2012

PLAISIR et SANTE : EPICURE, FREUD et WINNICOTT

          « Nous disons que le plaisir est le principe et la fin de la vie bienheureuse. Car c’est lui que nous avons reconnu comme le bien premier et connaturel, c’est en lui que nous trouvons le principe de tout choix et de tout refus, et c’est à lui que nous aboutissons en jugeant tout bien d’après l’affection comme critère ». (Epicure, Lettrre à Ménécée, 132, traduction Conche). On a souvent mal compris ce passage en croyant y voir une incitation à la luxure et à la jouissance illimitée.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 août 2012

GESTION de la MALADIE

"Pendant ma maladie, mes entretiens ne portaient jamais sur mes souffrances physiques... mais je poursuivais l'étude des questions naturelles qui m'occupaient précédemment et je m'appliquais à ce point particulier : comment l'intelligence, tout en subissant le contre-coup des ces mouvements qui agitent le corps, se maintient-elle exempte de trouble, tout en veillant à son bien propre? et ma vie s'écoulait heureuse et digne". (Epicure, cité par Marc-Aurèle). Le corps, agrégat d'atomes plongé dans la combinatoire universelle ne peut... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 avril 2012

Du DEPLAISIR et du REEL

Les  sources du déplaisir sont multiples. D’abord la peau, comme surface d’enregistrement physique et psychique : contacts irritants, bruit, pollutions de toutes sortes, chaleur et froidure, ruptures de rythmes, etc. Que de désagréments dont il n’est pas toujours possible de se débarrasser par le déplacement dans l’espace. Ensuite les organes internes travaillés par les besoins, irrités par les substances nocives, soumis à des changements de régime incontrôlables. Pire encore, le travail des pulsions qu’on ne saurait... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 avril 2012

ATARAXIE

I  ATARAXIE. Littéralement : absence de troubles (psychiques ou moraux) Le terme compose avec son double, aponie, (absence de douleur physique), les deux éléments du plaisir épicurien. A ce titre ils sont virtuellement conjoints dans une même expérience de la non-douleur, fondement réel du plaisir dit constitutif, celui qui exprimerait pleinement la nature intrinsèque d’un être vivant. Cela dit les deux éléments peuvent être disjoints. Je peux ne pas éprouver de douleur physique et pourtant souffrir mille morts au niveau mental.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,